Livre

Au cœur de la matière. 50 ans de recherche au CEA de Saclay
Véronique Lefebvre
Le Cherche Midi, 2002

L’objectif

A l’occasion de son cinquantième anniversaire, le Centre de recherche du Commissariat à l’Energie Atomique de Saclay a souhaité retracer, de façon claire et synthétique sans sacrifier la qualité des informations, un demi-siècle d’engagement au service de la recherche fondamentale et de l’innovation technologique.

 

L’approche

Les origines du site de Saclay remontent à la création par le Général de Gaulle du CEA en 1945. Initiées par Frédéric Joliot-Curie, Raoul Dautry et une poignée de scientifiques convaincus, les premières unités scientifiques du CEA sont d’abord installées provisoirement dans l’ancien fort militaire de Châtillon – où elles mettent au point la première pile atomique française, Zoé, en 1948 – avant de rejoindre en 1952 le Centre d’Etudes nucléaires créé de toutes pièces près du village de Saclay, au sud de Paris. Cette année-là, deux installations majeures sont mises en route, l’accélérateur de particules Van de Graaff et la pile atomique EL2. Autour d’elles se développent la recherche fondamentale sur la physique de l’atome et de ses constituants d’une part, la recherche appliquée sur les piles atomiques d’autre part. Au cours des années 1950 et 1960, la « cité atomique » de Saclay vit une formidable période d’expansion, portée par l’élan du premier plan nucléaire français. Pilier de la recherche dans ce domaine, le Centre travaille alors plus particulièrement sur la filière à l’uranium naturel graphite-gaz. C’est aussi l’époque où sont créés des équipements majeurs comme la pile atomique EL3, le réacteur Osiris, le cyclotron, le synchrotron Saturne, l’accélérateur linéaire… Saclay est alors la vitrine scientifique et technique de la France.

L’abandon officiel de la filière graphite-gaz en 1969 contraint le CEA à redéfinir les missions du Centre d’Etudes nucléaires qui développe alors la recherche appliquée, autour de la physique des réacteurs, la mécanique, les matériaux, le combustible et le retraitement. Malgré ce virage industriel, Saclay n’en reste pas moins un pôle d’excellence de la recherche fondamentale en physique – accélérateur de particules, chambres à bulles, faisceaux de neutrons, lasers de puissance… –comme en biologie – biophysique, biologie cellulaire, biochimie… Avec la fin du grand programme d’équipement nucléaire au début des années 1990, le centre de Saclay doit à nouveau se réorganiser. Les compétences acquises sur le nucléaire sont élargies vers d’autres applications. Certaines disciplines comme la biologie, la climatologie, l’astrophysique se développent rapidement, donnant de Saclay une image de plus en plus généraliste… et quelque peu éparpillée.

La vaste réforme menée en 2001 a redonné une cohérence globale aux activités du Centre dans la perspective d’une stratégie de recherche et développement à long terme. Elle constitue quatre grands pôles correspondant à de grands objectifs : la défense, l’énergie nucléaire, la recherche fondamentale (sciences de la matière, sciences du vivant) et la recherche technologique. Ce nouveau pôle, articulé autour d’un projet industriel mis en œuvre avec la création du groupe Areva, fait de Saclay le premier centre de recherche technologique en France. Il contribue activement à la compétitivité des entreprises avec plus de 1 200 contrats de recherche visant à des applications innovantes.

Au fil d’un texte solidement documenté mais accessible à tous, enrichi par une iconographie qui fait sens, l’ouvrage de Véronique Lefebvre révèle ainsi toute l’histoire du site de Saclay, l’un des plus importants centres de recherche français. Tout à la fois découverte d’un lieu unique et mondialement connu, où se côtoient chercheurs, ingénieurs et techniciens, où se croisent étudiants et Prix Nobel, hommage à une communauté d’hommes et de femmes unis par une ambition collective, Au cœur de la matière est aussi et surtout un bel exemple d’histoire de la science en train de se faire. On y sent passer le souffle formidable de l’aventure scientifique, « la forme la plus élevée de la domination de la matière par l’esprit » (Francis Perrin).

 

Le livre

Relié avec jaquette, 25,5 cm × 28,7 cm, 215 pages, 180 illustrations, tirage : 10 000 exemplaires.

ISBN : 2-74910-029-1  Prix : 35 €

 

 

Sommaire

L'ENERGIE DE LA RECONSTRUCTION

La naissance du CEA

Des bâtiments pour 1 000 ans

L'ouverture de la cité des atomes

L'ILOT DES SCIENCES

Le pilier de la recherche nationale

Pionniers du nucléaire

Des atomes au vivant

Saclay à l'heure de la transition

UNE IDENTITE A DEFENDRE

Un tournant à prendre

Au service du programme électronucléaire français

Les avancées majeures de la recherche fondamentale

Entre deux époques

LA RECHERCHE POUR DEMAIN

L'identité préservée

Energie nucléaire : la recherche en amont

Recherche technologique : des applications innovantes

Recherche fondamentale : de nouveaux enjeux.



CONTACT

(33) 1 60 75 85 61
51, rue du Maréchal de Lattre de Tassigny
91450 Soisy-sur-Seine
felixtorres@public-histoire.com


BHInternet - 2019