Livre

Le chemin partagé. Une histoire d’EDF en Chine 1983-2011
Félix Torres
François Bourin Editeur, 2011

« Avoir le courage de baisser la tête pour avoir la force de la relever », Pu Jilong premier directeur chinois de la centrale de Daya Bay.

 

L’objectif

Restituer, analyser et synthétiser le parcours de l’entreprise internationale qu’est EDF en Chine, notamment à destination de ses cadres internationaux et de ses partenaires chinois.

 

L’approche

Une entreprise française en Chine, pour quoi faire ? Fruit d’une enquête de plusieurs années, Le chemin partagé raconte et analyse l’itinéraire exceptionnel déjà long de trois décennies d’EDF en Chine, du nucléaire – avec l’acte fondateur de la coopération franco-chinoise que constitue à partir de 1983 la centrale nucléaire de Daya Bay, suivi par celle de Ling Ao – à l’hydraulique, de la production thermique aux études et projets de coopération en tout genre. Un parcours qui reste d’une grande actualité, avec les deux premiers EPR franco-chinois en cours de construction à Taishan et avec la perspective d’un réacteur franco-chinois de 3e génération proposé à l’export.

Croisant sources écrites françaises et chinoises inédites, visites de site (Pékin, Shanghai ; Hebei, Guangdong, Guangxi, Shandong…), rencontres avec de nombreux acteurs chinois et français dans les deux paysn, Le chemin partagé nous fait découvrir les aléas de la conquête économique et politique d’un marché plein d’embûches, les arcanes de négociations toujours longues et ardues, les obstacles de compréhension mutuelle nés de la différence de deux systèmes politiques et de deux cultures, mais aussi les bénéfices mutuels de partenariats noués dans le long terme, une approche que résume la notion de « chemin partagé » (Tong Zhou Gong Ji).

Cette première histoire d’une entreprise française nous informe de façon percutante sur l’évolution et de le devenir de l’économie et des entreprises françaises en Chine, de l’ouverture de celle-ci dans les années 1980 à son accession au rang de deuxième puissance économique mondiale. En donnant la parole à de nombreux témoins chinois, Le chemin partagé nous donne un précieux aperçu pour mieux comprendre le pays-continent qui invente le XXIe siècle.

 

Le livre

Broché, 15,5 x 23,5 cm, 419 pages, cahier photos de 30 illustrations, tirage : 3 000 exemplaires. Version chinoise à paraître en 2013.

ISBN : 978-2-84941-247-3 Prix : 24 € TTC

 

Sommaire

Préface de François Roussely

Introduction : Accompagner la Chine dans son développement, le chemin partagé

1. Le choix d’une centrale nucléaire à l’occidentale pour le Guangdong (1978-1985)

— Deng Xiaoping : une centrale nucléaire pour moderniser la Chine

— Quelle technologie et quels partenaires choisir ?

— De l’électricité pour rapprocher Hong Kong et la Chine

— EDF, un architecte ensemblier français pour une centrale franco-britannique

— Négocier en Chine

— Manager technique, un rôle original d’assistant au maître d’ouvrage

— La centrale du Guangdong sera construite malgré Tchernobyl

 

2. Construire et démarrer Daya Bay 1986-1994 Chapitre

— Une réalisation internationale longue de huit ans

— Vivre et travailler à Shenzhen et Daya Bay

— comprendre l’autre, le défi interculturel

— Barres manquantes du radier, incident du pont polaire, travaux maritimes, des crises salutaires

— Continuer malgré les événements de Tian’anmen

— Retard du montage des îlots nucléaires, retard général du chantier

— Les incertitudes du lancement de l’exploitation, un problème de management

— Démarrer Daya Bay

— « Avoir le courage de baisser la tête et la force de la relever »

 

3. Aider la Chine à s’équiper (1984-2000)

— Deux postes de transformation pour Shanghai

— Un nouveau marché à explorer, l’hydroélectricité

— Longtan, premier contrat hydraulique en Chine

— Lijiaxa, Pubugou, Ertan, Shuikou, des missions classiques

— La centrale de pompage-turbinage des tombeaux Ming, un coup d’essai sans suite

— La centrale de Guangzhou, un « Daya Bay hydraulique »

— À Tianhuanping et ailleurs, s’adapter à des compétences chinoises de plus en plus affirmées

 

4. EDF, partenaire de la réforme du système électrique chinois (1984-2000)

— Quand s’établit une relation privilégiée

— Tian’anmen, frégates de Taiwan, savoir continuer en Chine

— À l’heure de la réforme du nouveau paysage électrique chinois

— Former les managers du nouveau système électrique chinois

— EDF, un modèle qui perd de son attrait avec la déréglementation des marchés électriques

— Des interventions globales pour des acteurs de plus en plus autonomes

 

5. Shandong, Guangxi : devenir investisseur et exploitant en Chine (1993-2005)

— Chine et EDF, une volonté commune d’investir

— Le charbon, une richesse incontournable

— Investir dans les nouvelles centrales thermiques chinoises

— Les leçons d’un projet long de douze ans : le Shandong

— Shiheng, Heze et Liaocheng, un parc thermique moderne de 3 000 MW

— Laibin B, un BOT à capitaux 100% étrangers dans le Guangxi

— Construire une centrale au charbon en Chine méridionale

— Quand la chaudière s’enflamme : EDF seule à la barre

— Synergie, une entreprise EDF en Chine

— « La stratégie est comme l’eau qui fuit les hauteurs et remplit les creux » : quand les projets n’aboutissent pas

 

6. De Daya Bay à Ling Ao (1995-2005)

— Bâtir un état d’esprit collectif pour exploiter Daya Bay

— Un épisode fâcheux : l’allongement du temps de chute des grappes de contrôle

— Un plan stratégique pour mesurer les performances de Daya Bay

— Transmettre le flambeau de l’exploitation aux collègues chinois

— Une seconde centrale nucléaire dans le Guangdong ?

— Ling Ao I plutôt que Daya Bay II

— La difficile négociation de Ling Ao

— Un nouveau rôle pour EDF, assistant conseiller

— « La rizière est gluante, mais le buffle est patient », travailler en copilote sur un chantier chinois

— Ling Ao, l’« apprentissage de l’indépendance »

— « Beaucoup d’étoiles, mais pas de lune », les espoirs déçus du nucléaire français

 

7. Rester sur le premier marché électrique mondial (2000 – 2005)

— Les paradoxes du premier marché électrique mondial

— Un secteur électrique de plus en plus concurrentiel

— Continuer en Chine

— La Chine au cœur de la branche Asie-Pacifique d’EDF

— Les nouveaux courants de l’hydraulique

— Oeuvrer au développement durable en Chine : la voie du charbon propre et des énergies renouvelables

— Des expériences pilote d’électrification rurale au Xinjiang, au Yunnan et au Guangxi

— 2e et 3e générations nucléaires : affronter les incertitudes d’un programme nucléaire en devenir

— GNPS (Daya Bay) et LANPS (Ling Ao I), deux centrales chinoises en exploitation avec l’accompagnement d’EDF

— Ling Ao phase II, tête de série de CPR-1000, vers une filière chinoise intégrée à la façon d’EDF

 

8. La Chine fait avancer EDF (2006-2010)

— Le centre du monde électrique

— La Chine renforce la maîtrise industrielle d’EDF

— Une stratégie de producteur en Chine

— Les limites de l’implantation régionale

— Le plus grand programme nucléaire des vingt prochaines années

— Devenir investisseur et exploitant dans le secteur électronucléaire chinois

— L’EPR de Taishan, un projet franco-chinois de 3e génération et ses conséquences

— Thermique, l’enjeu industriel CO2

— Pourquoi la Chine ?

 

Carte  de l’implantation d’EDF en Chine et des centrales nucléaires chinoises

Les implantations d’EDF en Chine

Le programme nucléaire chinois

Annexes

Chronologie

Le nucléaire chinois, du militaire au civil (années 1950-70)

Les centrales nucléaires chinoises prévues et en construction

Glossaire technique

Index des hommes, des sites et des sociétés et organismes

 

 

Le chemin partagé. Une histoire d’EDF en Chine a fait l’objet de deux présentations, en Chine et en France.

Le 13 décembre 2011 à Pékin, il a été présenté et remis à un public chinois et français à l’ambassade de France en Chine, en présence de l’ambassadeur de France, Sylvie Bermann.

Le 17 janvier 2012 à Paris, il a fait l’objet d’une présentation à l’Espace Electa de Paris, en présence d’Henri Proglio, président d’EDF, de François Roussely, ancien président d’EDF, d’Hervé Machenaud, directeur exécutif du groupe EDF et directeur Asie Pacifique, et de Guo Guang, directeur adjoint de CGNPC France.

 

 

« Le réveil et l’affirmation de l’économie chinoise et de la Chine depuis 1978 – une trentaine d’années à peine – sont l’un des phénomènes majeurs de notre temps ; ils marquent déjà de leur empreinte le visage du XXIe siècle. (…) L’une des clés du ‘miracle chinois’, pour reprendre une formule désormais consacrée, fut la libération de l’initiative individuelle et des forces du marché, plus l’électricité. Le chemin partagé. Une histoire d’EDF en Chine le montre au fil des pages. (…)

 

De plan quinquennal en plan quinquennal, le pays du Milieu a d’abord entrepris un gigantesque effort d’équipement et de modernisation électriques qui lui a permis de sortir de la situation de pénurie chronique qui ne disparaîtra complètement qu’au milieu des années 2000. De réformes en réformes, souvent difficiles mais toujours pragmatiques, un nouveau système électrique voit peu à peu le jour, accompagné d’une démarche générale de formation et d’éducation. Dans cette longue marche d’un nouveau genre, les dirigeants chinois prennent délibérément pour modèle Une entreprise d’électricité d’Etat moderne, EDF, selon le titre d’un ouvrage publié à Pékin en 1997, et multiplient les rencontres et les sessions de formation. Notamment à cause des liens noués avec l’électricien français depuis 1957 … la Chine a la mémoire longue. (…)

 

Le chemin partagé nous raconte et nous fait entrer dans cette histoire passionnante, des incontournables mais souvent si ardues et si longues phases de négociation au temps de l’’après-chantier’, celui de la gestion, de l’assistance et de l’accompagnement dans la durée. Grâce aux nombreux témoignages qu’il livre, cet ouvrage nous aide à découvrir de façon plurielle les visages de cette authentique histoire partagée franco-chinoise : ceux des femmes et des hommes d’EDF qui aideront, à chaque étape du parcours; leurs interlocuteurs et collègues chinois, dont un ingénieur responsable de Daya Baya a résumé l’état d’esprit par une superbe et étonnante formule: ‘Avoir le courage de baisser la tête [c’est-à-dire savoir apprendre de l’autre, à savoir l’Occident], pour avoir la force de la relever [c’est-à-dire conquérir la capacité d’être désormais autonome]’. Un bel exemple de cette fierté chinoise que l’on aurait tort de ne pas savoir apprécier. (…)

 

Il faut être en Chine, premier marché électrique mondial, là où se construit l’industrie nucléaire, hydraulique et thermique des prochaines années ; il faut contribuer à y mettre à jour le modèle industriel de l’entreprise et savoir apprendre d’un pays désormais à la pointe de la technologie dans le thermique, mais aussi dans les énergies vertes; il faut y concevoir et vendre avec des partenaires et fournisseurs chinois, en Chine et ailleurs dans le monde, les centrales, les méthodes et les outils énergétiques de demain. Etre le partenaire de la Chine pour accompagner sa croissance et bénéficier de son développement. Voilà une leçon à méditer pour l’industrie de notre pays, pour la réussite et la pérennité des entreprises françaises dans le pays du Milieu et pour les suites positives à en attendre ici, en France.

 

L’histoire et la civilisation chinoises nous enseignent que le présent ne saurait se concevoir sans le sens et l’esprit de la durée. Les trente premières années de la présence d’EDF en Chine sont un gage de réussite des nouvelles distances à parcourir ensemble. L’ouvrage de Félix Torres rend explicite les conditions dans lesquelles le pays de la Loi et le pays du Milieu ont donné tout au long de ces trente années le meilleur exemple de ce qu’est un partenariat équilibré, porteur d’un avenir partagé. » (Préface de François Roussely, président d’EDF de 1999 à 2005).



CONTACT

(33) 1 60 75 85 61
51, rue du Maréchal de Lattre de Tassigny
91450 Soisy-sur-Seine
felixtorres@public-histoire.com


BHInternet - 2019