Livre

Combattre l’exclusion. Des bureaux de bienfaisance aux CCAS, une histoire de l’action sociale de proximité
Alain Borderie
Public Histoire Editions, 2006

« Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’exister à ceux qui sont hors d’état de travailler », Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (version de 1793).

 

 

L’objectif

 

A l’occasion de son 80e anniversaire, l’Union nationale des CCAS/CIAS (UNCCAS) et son président Patrick Kanner ont souhaité retracer le parcours d’une institution peu connue mais essentielle, au moment où se développait un projet législatif remettant en cause son existence.

 

 

Le récit

 

A travers l’histoire d’une institution discrète mais particulièrement méritoire, les centres d’action sociale, l’ouvrage d’Alain Borderie permet de découvrir une des institutions les plus anciennes de lutte contre la pauvreté. Si le traitement de la pauvreté par les pouvoirs civils apparaît au XVIe siècle, ce n’est véritablement qu’à partir de la Révolution française que l’Etat fonde juridiquement l’assistance aux plus démunis, sur la base d’un droit à la solidarité publique. Créés par le Directoire en 1796, les Bureaux de bienfaisance trouvent malheureusement leurs limites dès le début du XIXe siècle : l’idéal d’une prise en charge de tous les indigents ne peut résister à l’explosion de misère qui accompagne la Révolution industrielle.

 

Il faut attendre la IIIe République pour que l’action sociale publique puisse enfin s’épanouir. L’Assistance publique voit le jour en 1886, des bureaux d’assistance sont rendus obligatoires en 1893 dans toutes les communes. Portée par les radicaux, la « République sociale » s’épanouit à l’orée du XXe siècle qui voit se multiplier les grandes lois d’assistance publique. Mais la Grande guerre porte un coup d’arrêt aux bonnes intentions. Il faut attendre 1926 pour voir naître dans le Nord une Union nationale des bureaux de bienfaisance. Commence alors la lente structuration des centres communaux et intercommunaux d’action sociale (CCAS/CIAS) disséminés à travers toute la France. En 2006, l’Union Nationale compte 3 400 adhérents.

 

Toute entière dédiée à l’action de terrain, l’UNCCAS possède un indéniable savoir-faire et une solide expertise technique. Malgré une existence moins médiatisée que l’Armée du Salut, Emmaüs ou les Restos du Cœur, les bureaux d’aide sociale, les BAS comme on les nomme familièrement participent activement, dans la plupart des communes françaises, à la lutte contre les nouvelles formes de pauvreté apparues dans les années 1980-1990. On doit à celui de Besançon l’idée du RMI et la tentative du Sénat de remettre en causse l’institution des CCAS se heurtera à un tir de barrage justifié. 

 

Réalisé à l’occasion des 80 ans de l’Union nationale des CCAS/CIAS, Combattre l’exclusion est un ouvrage passionnant qui témoigne du combat mené en France depuis plus de deux siècles contre la pauvreté. En rappelant le parcours de l’UNCCAS, son organisation, ses missions, ses valeurs, il rend un bel hommage aux hommes et aux femmes en charge de l’action sociale de terrain. Il a fait l’objet d’une présentation à l’Assemblée Nationale le 15 juin 2006.

 

Le livre

Broché, 208 pages, 40 illustrations, préface de Patrick Kanner

ISBN : 2-912348-02-1

 

 

 « Voilà un livre d’histoire, mais aussi un livre d’idées sur les thèmes de la pauvreté et de l’aide aux personnes en difficulté, publié en 2006 à l’occasion du 80e anniversaire de l’Union Nationale des Centres Communaux d’Action Sociale, héritière des anciens Bureaux de bienfaisance (1796), fusionnés en 1953 sous l’appellation Bureaux d’aide sociale (BAS), devenus CCAS en 1978.

 

C’est donc l’histoire d’une évolution progressive qui nous est contée : de la bienfaisance à l’assistance, puis à l’aide sociale et à l’action sociale. Elle contribue à éclairer la genèse et le développement de cette structure d’essence communale, si familière dans le paysage local, mais dont sont trop méconnues les étapes mouvementées qu’elle a du franchir pour parvenir à se faire reconnaître à sa juste place dans les multiples dispositifs institutionnels et associatifs qui caractérisent l’action sociale de proximité.

 

L’auteur réussit la gageure de présenter de façon relativement accessible les débats et les péripéties qui ont animé la vie interne des BAS et des CCAS à travers les initiatives de leurs membres, au regard des aléas de la vie politique et du foisonnement des textes législatifs et réglementaires. Le lecteur fera la connaissance des principaux protagonistes de cette aventure et trouvera au fil des pages une présentation succincte de la plupart des événements, des lois et des décrets qui, de 1793 à 2006, ont façonné ou modifié les conditions  de l’assistance, de l’aide ou de l’action sociale pour mieux faire face aux diverses manifestations permanentes ou conjoncturelles de la pauvreté, selon les conceptions de la solidarité prédominante à chaque époque. »

 

Revue Quart Monde>, publiée par l’Institut de Recherche et de Formation aux Relations Humaines, Mouvement international ATD Quart Monde, n° 204, novembre 2007.

 

 

Découvrir l’UNCCAS sur Internet : www.unccas.org/unccas/ccas-cias.asp



CONTACT

(33) 1 60 75 85 61
51, rue du Maréchal de Lattre de Tassigny
91450 Soisy-sur-Seine
felixtorres@public-histoire.com


BHInternet - 2019