Livre

Histoires de Caisses. L’assurance maladie de la CIAS à la CPAM de Paris
Véronique Lefebvre
EPH – Editions Public Histoire, 2001

L’histoire

Mémoire inédite d’une institution de santé bien connue, mais sur laquelle il n’existait aucun historique, l’ouvrage de Véronique Lefebvre retrace soixante-dix ans d’histoire de l’assurance maladie et de ses caisses, « soixante-dix ans d’adaptation aux mutations techniques, aux changements de législation et aux attentes nouvelles des assurés. »

 

A l’origine de la Caisse primaire d’assurance maladie de Paris (CPAM), on trouve la Caisse interdépartementale des assurances sociales (CIAS), née en 1930 de la loi instituant les assurances sociales. Après des débuts difficiles, la CIAS devient la plus grosse Caisse de la région parisiennes avec 1,5 millions d’assurés. Après guerre, avec la création de la Sécurité sociale, la CIAS est tout naturellement choisie comme organisme « pivot » pour orchestrer le regroupement de toutes les Caisses mutualistes et professionnelles. La Caisse primaire centrale de Sécurité sociale de la région parisienne (CPCSSRP) s’installe alors dans l’ancien siège de la CIAS rue de Dunkerque à Paris.

 

Fidèle au credo « la Sécurité sociale pour tous », la Caisse primaire centrale multiplie alors ses centres de paiement dans la région parisienne et élabore une politique d’action sanitaire et sociale ambitieuse et volontaire. A partir de la fin des années 1960, son développement prend des proportions qui nuisent de plus en plus à son efficacité. La réforme nécessaire et attendue n’intervient qu’en 1980 avec la décision de scinder la Caisse primaire centrale en sept Caisses départementales. La nouvelle Caisse primaire d’assurance maladie de Paris (CPAM) est alors chargée de mettre en œuvre la départementalisation des services centraux. Il lui faut ensuite partir à la conquête de son identité propre en se dégageant progressivement du lourd héritage de la Caisse historique.

 

En vingt ans, la CPAM s’est radicalement transformée, au point que l’on peut parler de « révolution silencieuse » : elle a su en particulier prendre le virage de l’informatique avec le système de traitement Laser puis la carte Sésam-Vitale mais aussi s’adapter aux nouvelles orientations en matière de maîtrise des dépenses de santé et de gestion des risques. Au tournant des années 2000, la CPAM est plus que jamais en mouvement : redéfinition de ses missions sociales, amélioration du service aux assurés désormais considérés comme des clients…

 

Solidement documenté par une recherche archivistique et orale, Histoires de caisses est aussi agrémenté par de nombreuses illustrations, qui donnent à partager la dimension sociale et humaine d’une caisse  primaire s’assurance maladie. Ce livre ne se contente pas de mettre en perspective soixante-dix ans d’histoire de l’assurance sociale à Paris et en Ile-de-France. Il se veut aussi un hommage aux hommes et aux femmes qui ont participé et participent à la mise en œuvre de l’idéal d’une protection sociale pour tous.

 

Histoires de caisses comble un vide ; c’est un document de premier ordre sur les coulisses d’une institution dont, comme tant d’autres, nous ne connaissons généralement que le nom…

 

 

Le livre

Broché avec rabats, 24 x 24 cm, 148 pages, 200 illustrations, tirage : 4 000 exemplaires.

 

 

Sommaire

 

La CIAS aux origines de la Caisse primaire centrale 1930 - 1945

Une grande Caisse pour Paris et sa banlieue 1945 - 1960

Une Caisse en pleine expansion 1960 - 1970

L’empire de la Caisse d’Ïle-de-France 1970 - 1980

Une Caisse pour Paris 1980 - 1982

La Caisse de Paris à la conquête de son identité 1982 - 1990

Les nouvelles frontières de la CPAM de Paris 1990 - 2000



CONTACT

(33) 1 60 75 85 61
51, rue du Maréchal de Lattre de Tassigny
91450 Soisy-sur-Seine
felixtorres@public-histoire.com


BHInternet - 2019